Comment protéger son potager des intempéries

Les fortes pluies ou les vents violents peuvent endommager votre potager et vos plantations. La tempête approche ? Découvrez nos conseils pour protéger votre jardin des intempéries ! 

Pourquoi protéger son potager de la pluie ?

Votre potager, vous y passez du temps, vous en prenez soin : ne laissez pas un épisode de pluie ou de vent violent annuler tous vos efforts ! Ces épisodes météorologiques peuvent provoquer de gros dégâts en détruisant les végétaux et en endommageant les aménagements.

En protégeant votre potager de la pluie, vous limitez également les maladies cryptogamiques. Causées par des champignons microscopiques, ces maladies se propagent par dissémination des spores. Ces spores sont notamment transportés par le vent et la pluie. D’importantes précipitations favorisent donc le développement de ces maladies, qui affaibliront fortement vos plantes.

Les mauvaises herbes peuvent également exploser en raison de la pluie et repousser plus rapidement.

Mais alors, comment éviter tout ça ?

Étape 1 : après la pluie, on nettoie !

Si vous venez d’être confronté à des pluies violentes, commencez par bien nettoyer. Le sol est détrempé, vos végétaux sont abîmés… N’attendez pas, passez à l’action rapidement. Ramassez les feuilles, fruits et légumes endommagés. Faites le tri parmi ceux qui pourront tout de même être cuisiné et ceux qui, malheureusement, sont trop abîmés. 

Une croûte solide s’est peut-être formée au sol. Griffez délicatement la terre en faisant très attention à ne pas endommager les autres végétaux. 

Si vous avez des fleurs dans votre jardin, secouez-les pour ôter l’eau et déposez manuellement le pollen. 

Étape 2 : on adopte les bons aménagements

Lorsque vous pensez à l’aménagement de votre potager, la première chose à faire est de bien déterminer l’endroit où vous allez l’implanter. Si votre région est par exemple fréquemment exposée aux vents, ne positionnez pas votre potager en-dessous d’un arbre fragile. Si c’est le cas, pensez à couper les branches les plus fragiles pour éviter qu’elles ne tombent sur vos plantations, mais aussi pour votre sécurité. 

Dans une zone venteuse, n’hésitez pas à mettre en place un tuteurage adapté pour les plantes le nécessitant. D’autres solutions préventives et efficaces peuvent également être mises en place :

  • Les cloches : installez des cloches en verre sur vos plantes potagères les plus fragiles.
  • Les tunnels : ils permettent de garder vos plantes au chaud et protégeront vos récoltes.
  • Le voile d’hivernage : pratique et économique, le voile d’hivernage offre une protection thermique et contre la pluie, tout en laissant passer la lumière.
  • La serre : la serre peut aussi être une option pour protéger vos plantes du froid et d’un trop plein d’humidité.

Étape 3 : on réalise un paillage

Le paillage consiste à apporter une matière organique à la surface de la terre. Le paillage peut être composée de feuilles mortes, de copeaux de bois, de paillettes de lin etc… Il protège les racines des plantes en les protégeant contre le froid. La lente décomposition des éléments dans le sol favoriseront par ailleurs le développement de vos plantations.

Étape 4 : on installe des évacuations

Si vous craignez que votre potager soit régulièrement inondé ou que vous l’observez, c’est qu’il est temps de mettre en place des évacuations. Vous pouvez notamment creuser des tranchées. L’eau de pluie remplira ainsi la tranchée plutôt que de stagner au niveau de vos plantes potagères. 

Il est également possible de poser un drain : s’il s’agit là de la solution la plus durable, c’est aussi la plus longue à mettre en place. Prenez donc le temps de réfléchir à l’option la plus adpatée, selon la région dans laquelle vous vivez et selon la configuration de votre jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *